Ø PROJET DIALOGS

 

Au cours de la première moitié des années 90, le Programme Fleuve Rouge a mené des enquêtes, expérimenté de nouvelles techniques et introduit nombreuses espèces végétales et animales dans la production, contribuant ainsi grandement au développement de l’économie des milieux ruraux.

Cependant, le transfert technique, lui seul, n’a pas permis une efficacité élevée. Les agriculteurs ont toujours du mal dans l’accès aux services et marchés. Il leur fallait participer directement à l’organisation et au perfectionnement de ces services, en compagnie avec d’autres acteurs, afin de mieux servir leur production. Il s’agit là de nouvelles institutions rurales à expérimenter et à confirmer, auxquelles le projet DIALOGS œuvre et tente d’atteindre.

 

DIALOGS à Bac Kan : Volet agricole et volet de santé
Il s’agit là de deux domaines différents. Pourtant, certaines maladies digestives, la malnutrition infantile sont liées plus ou moins directement aux sources d’eau, au respect des normes hygiéniques, à la situation économique des foyers... Ainsi, le volet de développement local vise à coordonner toutes ces activités, pour trouver des résolutions radicales aux problèmes rencontrés.
 

Dans le cadre du volet agricole, les activités mises en œuvre à Cho Don sont :
- Regroupement des producteurs de semences de riz;
- Préservation, développement et commercialisation des kakis sans grains;
- Mise en place de l’Association vétérinaire du district.
Quant au volet de Santé communautaire, le projet DIALOGS met l’accent, pendant les premiers temps, sur les diagnostics préalables. La priorité est accordée aux sujets suivants :
- Malnutrition;
- Services de santé et compétences des cadres;
- Eau et hygiène environnementale;
- Développement local.
Parallèlement avec les mesures sanitaires, le volet agricole du projet Dialogs, en travaillant dans de différents domaines agricoles, à savoir élevage, vétérinaire, sylviculture, culture, recherche de nouveaux produits ou marchés…, vise à aider les foyers à mobilier d’autres ressources dans l’amélioration de leurs revenus, ce qui permettrait de résoudre à fond le problème de malnutrition.


Le personnel
L’équipe du projet à Cho Don- Bac Kan compose de :

Du Van Chau

Coordinateur de zone

Pham Bao Duy

Équipe d’élevage et vétérinaire

Pham Van Duy

Équipe d’élevage et vétérinaire

Vu Huu Cuong

Équipe d’arbres fruitiers

Ha Thang Long

Équipe d’arbres fruitiers

Le Van Thao

Équipe de semences

Nguyen Dac Minh

Équipe de semences

Tran Van Cuong

Équipe de développement local

       

Les orientations
 

Volet agricole


Elevage – vétérinaire

La priorité est donnée à la mise en place d’une association vétérinaire, sur la base des tu thuoc fondés auparavant dans les communes par le Programme Fleuve Rouge. Les travaux réalisés sont : élaboration du règlement de fonctionnement, du plan de fourniture des services de prévention, augmentation du taux de vaccination, et développement des vaccinations complémentaires. Le projet vient également en aide à mettre en place d’autres activités collectives, telles que l’achat commun des médicaments vétérinaires ou les formations techniques auprès des agents vétérinaires.


Institutions
L’équipe du projet à Cho Don a établi des relations étroites avec les autorités locales et les organes compétents pour mettre en place une Association vétérinaire de vraie légitimité. Cela permettrait un approvisionnement régulier en services vétérinaire et une bonne organisation de ces derniers. Les acteurs locaux jouent aussi un rôle très important, car jusqu’à l’heure actuelle, la santé animale ne bénéficie pas encore d’une grande attention de la localité. Or, sont indispensables, la participation et le soutien des partenaires dans l’organisation et le suivi - évaluation des activités dans ce domaine. Forte de ses atouts, l’association va très bien compléter le réseau des services agricoles qui disposent actuellement d’un personnel très limité.


Production de semences de riz
Développer les groupes de producteurs de semences. Les producteurs de semences sont organisés en groupe. Ils ont un plan d’activité concret, élaboré en fonction des besoins locaux et des capacités de production du groupe.


Fournir des services au groupe afin de créer un réseau de production de semences. Les groupes sont appuyés dans l’établissement des relations avec les acteurs impliqués dans la production de semences (surtout ceux en amont) et dans la présentation de leurs produits au large public.


Créer un environnement institutionnel avec des politiques locales favorables à la production de semences. La production se fait en petits groupes, dans le but d’aider les paysans pauvres à avoir accès aux semences de qualité et au prix acceptable. Cela leur permet d’augmenter les revenus. Les discussions avec les partenaires locaux (le Comité populaire communal, le Bureau de l’Economie et des infrastructures rurales) ont un rôle très important à jouer dans la création d’un environnement favorable aux groupes. Cette activité concerne également la politique de subvention au prix de semences appliquée par la province, les négociations avec les organes compétents (le Bureau de l’Economie d’infrastructure rurale, le Centre des semences de la province...) s’avèrent donc très importants pour aboutir aux amendements nécessaires des politiques.


Kaki sans grain
Améliorer les compétences des groupes des paysans dans la production et dans l’accès aux marchés, afin d’augmenter l’efficacité économique tout en économisant les ressources humaines. Les paysans sont appuyés à perfectionner leurs pratiques culturales (greffons, pépinières, soins...) par les formations sur les pratiques de production. L’homogénéité des pratiques de production appliquées par les foyers a connu une certaine augmentation. Le projet a également collaboré avec l’Association des agriculteurs du district pour mettre en place un système local de formation technique.


Développer les services destinés aux producteurs de kaki, notamment les services d’amont, avec des équipements permettant aux paysans de développer leur production : greffons, les porte-greffes, fils de fer barbelés, motopompes...), produits stimulants, pesticides …
Appuyer les paysans à faire une percée efficace au marché, pour garantir la stabilité de la production dans la région.


Etablir les premières relations entre les producteurs de kaki et les débouchés (grossistes et collecteurs locaux, magasins à Hanoi, à Thai Nguyen) qui vont discuter sur des critères de qualité, de marque, d’emballage et rechercher les marchés d’écoulement.


En parallèle à ces activités, le projet met l’accent sur la diffusion et la multiplication des innovations techniques et des solutions de commercialisation des kakis. Pour les temps à venir, les activités prévues sont la fondation de nouveaux groupes des producteurs de kaki, la multiplication des démonstrations techniques dans d’autres villages et d’autres communes, l’organisation des ateliers de discussion.

Volet de santé communautaire
Les résultats d’enquête ont permis aux principaux acteurs locaux de dresser les plans d’intervention avec l’appui des cadres du projet. L’intervention comprend 6 activités suivantes.
- Sensibilisation par les moyens de communication – assistance;
- Conseil sur le régime alimentaire;
- Services de santé;
- Développement local;
- Eau potable et hygiène de l’environnement;
- Amélioration des compétences du personnel.

Sensibilisation par les moyens de communication - assistance
Pour améliorer l’efficacité des activités, la stratégie de sensibilisation et d’assistance doit être diversifiée, avec la participation active de la communauté, élargir les sujets assistés autre que les mères, développer les outils de communication et surtout former les acteurs aux compétences d’assistance.


Conseil sur régime alimentaire
Le projet encourage les familles à utiliser les ressources de nourriture locales pour avoir une durabilité de l’intervention. Une autre proposition est d’introduire la farine nutritive du programme Fasevie pour éradiquer le mal nutrition. L’accent est aussi accordé à l’assistance des foyers sur le régime alimentaire et le repos des enfants et des mères.


Service de santé
Le personnel de santé va être formé à la maîtrise globale des maladies chez les enfants, mettant ainsi un terme à certaines des causes principales de la malnutrition. Le projet s’intéresse également aux services de santé : approvisionnement des pilules de fer minéral, de vitamine A, vermifuges, appui au rétablissement du régime alimentaire… En matière d’organisation, seront associés les programmes sanitaires, à savoir programme de lutte contre la malnutrition, programme de vaccination généralisée, programme de soins destinés aux enfants et mères pendant les campagnes mensuelles de vaccination. Le système de suivi de la santé sera aussi amélioré.


Eau potable et hygiène de l'environnement
Suite à la première étude sur l’état des lieux de l’eau, ce travail se trouve actuellement en phrase d’élaboration. Les foyers seront aidés dans l’accès à l’eau potable et dans la garantie de l’hygiène environnementale. Les groupes seront formés sur le suivi, l’usage et l’entretien aux constructions. L’accent sera également mis sur la mobilisation des cotisations et du financement des foyers et de la communauté. Outre la sensibilisation à l’usage de l’eau potable et au traitement des déchets, le projet s’intéresse également à aider les foyers à aménager leurs constructions : bâtiments d’élevage, WC, jardins, étangs…


Amélioration des compétences du personnel
Pour pouvoir réaliser les activités de lutte contre la malnutrition, des formations sont à organiser pour améliorer les compétences de tous les acteurs impliqués dans le projet : sensibilisation par les moyens de communication, conseil, suivi, gestion et compétences sanitaires. Le projet prévoit des formations auprès des cadres de l’Ecole de médecine de Hanoi (Département de la santé publique) et des correspondants ou partenaires aux niveaux provincial, de district, communal et villageois.


Développement local
- Identifier les problèmes à caractère inter - disciplinaire (difficultés rencontrées par les habitants), collaborer avec les organes compétents pour les régler.
- Améliorer les infrastructures et gérer les sources d’eau au niveau communautaire pour une meilleure utilisation de l’eau à diverses fins par les habitants (consommation, irrigation, élevage...).
- Aider la localité à programmer et réaliser les activités de développement (en fonction des priorités locales).
- Elaborer le plan de développement local (approches approximative et exécutive) et le faire institutionnaliser au niveau du district et de la commune.

 

Ø APPUI A LA MISE EN OEUVRE D'UNE STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ (CPRGS BAC KAN)

Durée : 12 mois (août 2004 – juillet 2005)
Budget : 80 000 euros
Personnel Gret expatrié : 1 AT (temps partiel)
Personnel Gret local : 1 salarié
Zones d’intervention : Province de Bac Kan
Partenaires : Département du Plan et de l’Investissement de la province
Financement : Ambassade de France au Vietnam dans le cadre de l’appui au « roll-out » du CPRGS
Objectif : Appuyer le Département du Plan et de l’Investissement et les Départements techniques de la province de Bac Kan à intégrer les recommandations de la stratégie nationale pour la croissance et la lutte contre la pauvreté (CPRGS: "Country Poverty Reduction and Growth Strategy" ) et plus globalement appuyer la province dans la rénovation de son processus de planification.

Ø POUR PLUS D'INFORMATIONS


Du Van Chau
Coordinateur à Cho Đon
bourg Bang Lung, district Cho Đon, Bac Kan
Tel : 84-4 281882163
Email: chodon@gret.org.vn

 

X Haut de page

› Tiếng Việt  › Français  › English

Plan |   Contact  |  Liens

  Groupe de Recherche et d'Echanges Technologiques
R 307+308 Batiment A1 du Domaine diplomatique Van Phuc, 298 Kim Ma, Ba Dinh, Hanoi, Vietnam. 
Tel: (84-4) 38 464 491/38 464 493. Fax: (84-4)38 464 514. Email:
gretvn@gret.org.vn

© 2005-2008 Groupe de Recherche et d'Echanges Technologiques.